eglise-de-saint-firmin1

 

Inscrite sur l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté en date du 13/02/1970.

Les vitraux des cinq fenêtres du chœur ont « été classés parmi les monuments historiques de France en 1881″

 Au début du 16ème siècle, le village de Saint Firmin abritait de nombreux familiers et serviteurs du Château, les châtelains de Chantilly, le Connétable Anne de Montmorency et Madeleine de Savoie sa femme financèrent la construction ou la reconstruction d’une église ils chargèrent les bénédictins de Saint Nicolas d’Acy qui firent les travaux en 1540/1543,

Le gros œuvre,ce qui est très rare, n’a pas était remanié de façon importante (ajout de deux contreforts extérieurs sur la façade ouest et d’un petit bâtiment pour la sacristie sur la façade sud vers 1860) . Cette homogénéité de la construction de style gothique explique l’harmonie ressentie lorsque l’on rentre dans cette église.

Ses dimensions:

Longueur totale : 27 mètres dont 15.5 pour la nef, 5.5 m pour le transept et 4.5m pour le chœur.

Largeur totale: 16 mètres dont chaque bas-côté 3 mètres.

Hauteur des voûtes dans le chœur  : 6.5 mètres

Hauteur des voûtes dans la nef : 7.2 mètres.

Hauteur du clocher: 25 mètres environ.

A l’intérieur plusieurs éléments sont remarquables, dont

Sur le sol

– une douzaine de dalles funéraires fut  utilisée pour paver l’église. Le long des murs huit autres furent dressées, ces dernières encore lisibles sont très intéressantes. Ces dalles proviennent du cimetière qui se trouvait autour de l’église jusqu’à 1850.

– C’était dans ce cimetière que l’infortuné Vatel le  maître d’hôtel de Louis II de Bourbon, 4° prince de Condé, dit le Grand Condé, fut inhumé le 24 avril 1641.

Dans le Chœur cinq fenêtres avec des vitraux classés par les monuments historiques.

Ces vitraux du XVIième siècle sont un don du connétable Anne de Montmorency. Certains les attribuent à ENGRAND LE PRINCE (†1531), « le plus grand maître verrier de tous les temps ». Celui-ci avec Jean, Nicolas et Pierre Le Prince  avait son atelier à Beauvais.

– Particulièremvitrailent remarquable

La baie 2 (première à droite de la verrière centrale)-

2 lancettes – 1 registre –  tympan – haut 3m – larg 1,6 m

Ce vitrail date du XVIième  siècle, il représente l’ Arbre de Jessé avec la Vierge à l’Enfant Jésus. (dernière ramification de l’arbre de Jessé). Prophétie d’Isaïe (Is XI,1/2 ).

L’arbre de Jessé est une représentation allégorique de l’arbre généalogique du Christ c’est l’une des  créations iconographiques les plus représentées que ce soit en sculpture, en peinture, en vitrail.

 

 

Cet arbre exprime toute une symbolique :

– l’arbre, enraciné dans le sol, est là pour créer le lien entre la terre et le ciel.

– la lignée humaine voit son aboutissement dans une dimension divine.

– c’est un magistral trait d’union entre le Nouveau et l’Ancien Testament.

Chaque branche représente un ancêtre du Christ, dont le roi David.

 

Dans la nef et les bas-côtés:

Des très belles statues en bois de la même époque que le Christ du choeur.

Des tableaux en particulier « la sainte famille ».

 

L’ADEV dans ses actions de défense du patrimoine a fait restaurer deux tableaux de l’église.

oOo

Depuis cinq siècles cette église a été soit le siège d’une paroisse avec un curé résidant, soit rattaché à une autre paroisse environnante, St Léonard, Apremont…

Actuellement l’église de Saint Firmin dépend de la paroisse Sainte Famille de Chantilly, un culte catholique y est régulièrement célébré, ainsi que des mariages, baptêmes et enterrements.

oOo

 

En face de l’église la maison du N°23 fut le dernier domicile d’Antoine-François PREVOST  d’EXILES, romancier, auteur, traducteur. Il écrivit en particulier les « Mémoires et aventures d’un homme de qualité qui s’est retiré du monde » dont le septième tome est  « l’HISTOIRE du CHEVALIER DES GRIEUX et de MANON LESCAUT ».

oOo